1) La légende de Maison-Fort (histouère en patoué !)

La légende de Maison-Fort

 

J’m’en vas vous raconter eun’ histouére, qui s’étint passée à Maison-Fort y’a ben longtemps : d’après l’Rouger qu’é du coin, ça r’montr’ait même à l’époque des preumiées seigneurs de St Vrain, du temps d’Gibaud pis d’son frée l’Renaud Rongefer ! C’est di’e qu’c’est pas d’hier, p’utout du preumiée siècle de la Maison Forte, vers les an-nées 1400, 1450. (Du temps d’la Jeanne quoué !)

C’étint pas des commod’s les maît’s dé ceux temps-là, pis, ils l’taint pas tend’s anvec el’ pour’ mond’, ça c’est sû’ !

Pou’ gouvarner l’doumain’ dé Maison-Fort, ç’atint un pareil à eux, p’têt’ même un d’yeu parent pardjé : un chevalier, un ancien militér’anvec un terrib’ caractér’ !

Qui l’tint marié anvec eun’ gent’ femme, aussi douce et bounn’ qu’i’ l’tint maûvais. Pis ils l’avint deux gent’s filles itou, ben charmantes ma foué, eun’ blonde pis eun’ nouéraude !

 

Ben sû’, el’ chât’lain possédait tout’s les terres à ‘lentour. Pis ses farmiers i’ y’ d’vint un grou’ louéyer, soit en argent, mée l’pus souvent en natu’e.

Or y’ad’vint eun’ fouée, qu’y’en a un qu’avint pas récolté grand-chou’e detpis ben longtemps, troué quat’ an-nées quoué, c’qui fit qu’i’ peuvint pas payer ! (P’têt’ qu’i’ y  m’éttint pas ben d’la boun’ volonté non pus l’animau ?!)

Toujou’s est-il qu’el’ maît’ el’ fit v’nie, pis i’ y promit d’el’ mett’ en prison, si i’ payint pas c’qu’i’ y devint !

Ben sû’, l’aut pus rin y répond’ ! Alors el’ chât’lain s’mit dans eun’ rogn’ nouér’ (voui, i’ l’tint un peu coléreu’ itou !) : pis i’ condamn’ el’ pou’r houmm’ à un supplice inimaginab’, coum’ on n’en avint jamée vu par cheu nous : nout’ farmier i’ s’rin attaché en haut d’eun’ tour du châtiau, là-d’ssus la terrasse qui dominint les foussés, pendant qu’su’ eun’ aut’ en face, on mett’rait l’pus grou’ d’ses boeu’ d’sa ferm’ ! (I’ n’en avint qu’deu’ l’pou’r houmm’, dé tout’ façon !)

Pis ça s’rint à ceu’lui qui mourrint l’promier !

Si c’étint l’farmier, el’ chât’lain gard’rait l’boeu’ en compensation, mée si par hasard c’étint l’animau, alors nout’ boun’ houmm’ aurait la vie sauve, pis s’rait exempté d’impô’ pou’ l’an-née !

 

Ah ça, un ben drôl’ de châtiment pou’ sû’ ! Pasque l’avint gué’r de chance de s’en sorti’e nout’ paysan, dam’ !…

Aussi, que croyez vous qu’i’ l’advint ? Ben i’ fut fait coumm’ i’ l’avint dit : anvec tout un systém’ eud’ cord’s, dé courroués pis d’mouf’s, en arcandant ben longtemps, on réussi quand mêm’ à djuicher l’bestiau en haut d’la tour sud. ( Un ben grou’, ben gras anvec eun’ belle paire... dé corn’s)

L’farmier fut monté pis fic’lé itou su’ la tour d’en face, pis l’supplic’ commença !…

L’souér arriva. I’ s’endormint tertous les deux, l’houmm’ pis la bêt’. Pis au matin, quand i’ s’réveillont, i’ se r’mettint d’bout ensemb’, pis i’ se r’gardint là, les yeux dans les yeux : l’boeu’, ben surpris dé se r’trouver là ben sû’, pis l’houmm’ qui ‘r’gardint sa bêt’, ben désolé l’avouér’ si ben nourrie ma foué ! Sû’ qué pou’ lui, l’affée semblint ben mal emmanchée, mée bon, ça y’aurait-y quoué changé d’trapigner, d’gigotter pis d’hûcher coumm’ un viau ? Hein ?

P’têt’ qu’anvec el’ temps, l’maît’ aura pitié pis laiss’ra r’descend’ ?…

 

Rin à fée : pus l’temps avance, pus les heur’s, les jours, les nuits passont, rin n’arrive ! (La situation commencint à dev’ni’ quaïment int’nab’, voui ! )

Les paysans du vouésinage i’ vouéyont ça : l’boeu’ qui pouss’ dé ceux bahourlis, l’houmm’ qui braillint, qu’i’ l’app’lint au s’cours, pis sa femme anvec ses gâmins qui v’nint l’vouér tou’ les jours, là, en bas d’la tour ! C’étint-y pas malheureux tout’ c’t'histouér’!…

 

Mée rin à fée : el’ chât’lain i’ v’lint pas en demord’ !

Alors ben sû’, sa femme pis ses deux gentes gamines à sont bin désolées d’un spectac’ pareil ! All’ l’essayont bin dé l’fée changer d’avis… mée « ouin » !

Enfin, un jour qu’el seigneur étint parti chasser dans les boués d’St Fargeau, pas ben loin d’là à Boutissaint, les deux ch’tites qui jouint dans l’pré en conterbas detpis des an-nées, all’ ont eun’ idée : a’ lançont eun’ ch’tite ficelle accrochée à un caillou en haut d’la tour de l’houmm’, tout content d’s’en saisi’, pis ayant compris yeux esplications, i’ fée r’descend’ la cord’ d’lout’ coûté, dans la cour du châtiau ! Lavou qu’c’est qu’les gamines pis yeu’ mée a’ l’avint préparé un pagnier, plein d’affées boun’ à manger pis à bouér’ !

All’ l’attachont l’anse à la ficelle, pis mon farmier de r’monter tou’ ça, pis d’fée un sacré r’pas !…

Pis dé r’commencer la mêm’ affée, chaque foué qu’el’ seigneur i’ s’en allint du châtiau, visiter son doumain’ ! Si ben qu’au bout d’tioques temps, v’là-t’i pas qu’nout’ gâ’s i’ s’mettint à chanter pis à flûter… pendant qu’son pour’ boeu lui commencint à dépéri’e, pardjié !

Tant ben qu’un biau jour, arriva c’qu’i dévint s’produir’ : l’pour’ animau mourut pour dé bon, pis nout’ farmier fut... ensauvé !

 

Ben sû, el’ chât’lain eut du mal à n’en crouére ses yeux, mée bon : i’ fit coumm’ i’ l’avint proumis !

Il a laissé l’farmier r’decend’ dé d’ssus la tour, qu’étint tou’ dru à c’t’heu’e, pis non seû’ment i’ y fit cadeau d’ses dettes, mée en plusse i’ y donna mêm’ de quoué aj’ter un aut’ boeu pou’ remplacer l’aut’ qu’étint mort su’ la tour de la faim ! (Qui garda donc el’ nom, detpis c’temps là !)

Paraît mêm’ qu’i’ y fit construir’ eun’ ch’tite arcand’rie, là juste en face du châtiau, pis qu’i’ l’établit coumm’ gérant ed’ d’toutes ses terres !

(Enfin, c’est c’que m’a raconté l’Rouger, qu’é maint’nant dans les lieux !)

Voilà lée amis, la légende de Maison-Fort ! Pis la raison d’ce nom : la Tour de la faim ! (Ou ben la tour du blé, ça dépend !..)

Latourduble 1

2) Les Neufs Pas... (En poyaudin : "Les Neu' Pas !")

Les Neu' Pas...

 

Vous connaissez tertous Guédelon ? Mée si, vous savez ben, l'chantier médiéval mouderne qu'ils tint en train d'nous construi' là bas, entremi St Amand pis St Sauveur ! Dans les bouès là, pas ben loin du lac du Bourdon, lavoù qu'fait si bon s'baigner en été !

Bref, là bas vée Guédelon, je m'dis qu'y en a qui devint ben s'arreuiller des fouées ? Par la pancarte juste en face : "Les Neu' Pas" !

Ben ouin, ça pour sû' qui d'vint s'en poser des questions, les Parisiens pis aut' Chinouês qui v'nint visiter nout' belle Puisaye !

Pasque ça, "les Neu' Pas", qu'est-ce c'est-y don' ??? Eun' chtite pancarte là, au miyeu des bouès... pis rin d'aut' ma foué !?!

 

Si, v'avez qu'à l'suiv' el chemin, vous verrez ben, enfin putou,... vous verrez rin ! Hé ! Hé !

Pasque si v'êtes pas un peu au courant d'nos légendes poyaudines... ben dame...???

20160216 094125 copie 1

 

Allez va, j'men vas vous la raconter itou celle-là, ou putou j'vas laisser l'Rouger, nout' conteur patouésant, nous la di'e à sa façon : la légend' des "Neu' Pas" !

 

"Cée l'souér. Les dergniés rayons du soleil mourront derriée les bouès d'St Fargeau, pis la Brouésine, all'est pas ben rassurée !

 

Cée d'main qu'va s'juger son procès, cont' éç' mauvais Polyte, son vouésin. Un farmiér itou, qui y vole son bien det'pis qu'son pour' houmm' il'tint en térre : la nuit, quant cée qu'parsoun' ose sorti'e, ed' peue d'rencontrer les Dames, ou ben d'aut' engeances malfaisantes, l'Polyte y déplace des bornes pou' manger tcheuques pieds d'gâtine à la Brouèsine !

Ah ! Cée pas trop pou' elle qu'a veut plaider, mais pou' l'petit gars qu'va bentout naît' -l'dergnier leg dé son brave Baptiste !- pis qui s'ra dépossédé d'sa térre si a s'laisse fée !..

All' entend souffler sa vache en coûté dans l'étab', pis ça y r'donne courage. A finie pa' s'endormie sous sa couette...

L'matin, a part dé boune heu'e pou' St Fargeau, anvec son côgnon d'pain pis son froumage. Dame, all' a un bout d'chemin à fée pou' arriver au tribunal : 2 yieues et d'mie à travers bouès, pis dans son état !...

Arrivée à St Fargeau, faut qu'all attende ben longtemps pou' passer d'vant l'juge, y esplitier son affée,... pis gangner son proucés !

 

Enfin, all' a pus qu'à s'en r'tournér cheux elle, d'un bon pas pou' arriver avant la nuit qu'é pus ben loin.

A veut pas sé l'die, mée l'Polyte y l'a r'gardée si mauvaiement en r'partant, qu'all en a frêt dans l'dous !....

A marche ben, malgré c'pétit qu'va bentout d'mander à vouér' el jour. All' est ben heureuse ma foué, d'y'avouér' gardé sa terre...

Pis c'est plongée dans toutes ceux idées qu'all approche de cheux elle...

 

Dame, all' a p'têt' encore un bon quart d'heu'e dé ch'min à fée, quant a crêt vouèr' eun' forme là bas, derriée un grand fouël, au tournant d'la sente. Cée p'têt' la lune qui joue dans les nuages, pis fait bouger les homb' dans l'bouès ?...

All' hésite, a part su' l'coûté, pis cée à c'moment là...PAN ! qu'à r'çouét l'coup d'fusil !!

A fée encor' tchieuques enjambées affolées, pis a s'écroule, là, à p'têt dix mèt' du ch'min...

 

L'lend'main matin, cée un vouèsin qu'l'a r'trouvée, allongée là, en position foetale coum' on dit, coum' si... all' avait voulu protéger son p'tit eun' derniée foué !?

Mée c'qui y'avaint fée l'pus peu', cée qu'les neu' derniés pas d'la Brouèsine y'l tint martiés dans l'sol !

Neu' Pas enfoncés d'dix centimèt' , là, au miyieu des fougères, entremi les feûilles pis les g'nêts, anvec pus un brin d'harbe à ceux place là !!"

 

C'qué l'Rouger vint d'nous raconter là, ça cée passé y'a ptêt' ... 250 ans (Parait qu'ça l'avait même paru dans eun' gazette à l'epoque !)

Aprèe, on y crêt ou pas, en tout cas c'qu'é sû', cée qu' malgré lée années, anvec yeux p'uies, yeux sèche'resses, pis tout c'qu'y l'avint pu endurer, ben les Neus Pas... y l'tint toujou' là ! A c't'heu'e !!

On raconte même qu'y'aurait coum' eun' sorte de malédiction qu's'rait tombée su' la famille au Polyte : coum' quoué, tant qu'sa famille s'rait pas éteinte, les Neus Pas d'la Brouésine y s'rint là, martiés dans la térre, pou' yeu rapp'ler l'méchant forfait d'yeu ancêt' !

En tout cas, les Neu' Pas y l'étint encor' ben présents y'a tchieuques temps, pis si vous m'crayez pas, vous peuvez toujou' ben y'aller vouèr !...

 

(J'en voué déjà des septiques qui vont di'e que tout ça cée des menteries ou ben des affabulations d'pée lapin qu'aurait forcé su' la gnôle !?

Mée dame, j'y seu été y'a pas ben longtemps, ben quant' cée qu'on met les pieds d'dans,... ben on sent ben coum' des traces de pas !...)

20160216 093550 copie  20160216 093554 copie 1

A condition d'savouèr' ou chorcher ben sû'...!

(Mée sû'ment pas làvoù qu'cé, y'a tchieuques années, on avait vu creuser tchieuqu'un en coûté ! J'dirée pas les noms...hé ! Hé !)

 

Ajouter un commentaire

 
×